Source: Midi Libre (Octobre 2000)



MicroAPP_x -affichage du globe
MicroAPP02
MicroAPP
***
***
***
Les aventures de perluète   

De la ligature mérovingienne au logo de France Telecom

Interrogation:
"Tu as vu le nouveau logo de France Télécom, cette espèce de 8, enfin pas un 8, un peu comme une clef de sol ou le "t" majuscule qu'on nous faisait calligraphier à l'école, mais sans jambe? Mais si, ce signe qu'on emploie à la place de "et". attends, je te l'écris: &. Tu vois, dans le genre Durand & Dupont. A France Télécom, ils l'ont stylisé, mais on le reconnait bien. Ca a un nom, ce truc, mais lequel?"

Demandez et on vous répondra.

Ce fameux & a pour nom perluète ou esperluète, certains écrivant esperluette. On le connait également sous le nom de "et commercial" ou "et tranché". Il appartient à notre patrimoine écrit, depuis des siècles. Alors qu'on le pensait désuet et dépassé, le voila qui revient dans l'actualité. France Télécom justifie le choix de ce symbole par l'idée de relation, de lien entre les hommes. De plus son graphisme attire le regard. Si la démarche réussit, il se pourait bien que, dans quelques temps, ce & particulier suffise à identifier l'entreprise.

Voila qui serait la continuation inattendue d'une longue et curieuse histoire. En réalité, &, à l'origine, servait à remplacer les deux lettres "et", mème à l'intérieur d'un mot et pas seulement dans le cas de la conjonction "et". C'était ce que les spécialistes appellent une ligature mérovingienne. Une abréviation, une façon de lier deux lettres (oe et ae, sont également des ligatures). Les scribes du Moyen Age montraient aussi, par l'élégance du trait, leur habileté et leur bon gout.

Les chercheurs s'accordent pour en relever le premier emploi en 842 dans le texte des Serments de Strasbourg. Par cet écrit, Charles le Chauve et Louis le Germanique (Petits-fils de Charlemagne) faisaient alliance contre leur frère Lothaire. On peut y lire selon ceux qui l'ont étudié, la forme "faz&", mise por "fazet", aujourd'hui fasse, subjonctif du verbe "faire".

Mais c'est dans sa formule de remplacement du "et" conjonction que & devait nous parvenir. On le trouve ainsi employé systématiquement dans "les vieux livres avant le XIXe siècle". Il fallait donc pour les écoliers de l'époque qui apprenaient à lire, en savoir le sens et le son. Dans ce but, il était ajouté en fin d'alphabet et prononcé "ète". X, Y, Z, &, devenaient, récités par les élèves: ixe, igrec, zède, ète. les instituteurs, qui aimaient la rime suggéraient aux enfants un final amusant, pour les récompenser de leur réussite: ixe, igrec, zède, ète... perluète! à moins que ce ne soient les élèves eux-mèmes qui aient trouvé l'astuce. Et d'ailleurs criaient fièrement perluète, pirlouète ou esperluète? Car les trois se disent aujourd'hui, les dictionnaires classiques optant, pour une autre forme orthographique: esperluette.

Du coup, (ou après coup), certains savants lui trouvent comme origine le latin sperna (jambe), accompagné du vieux français espere (sphère), lui-mème venant du latin sphaerula... L'histoire du maitre et des écoliers terminant spirituellement l'alphabet est autrement plus charmante. Le typographe pur et dur (mais existe-t-il des typographes impurs et mous?) emploie le terme perluète, qu'il présente comme le "symbole du "et commercial"". Pour lui, (à Midi Libre, on pourrait l'appeler, pas au hasard du tout, Bernard Schandeler), pas de discussion, "& ne s'emploie que dans les intitulés de raisons commerciales". Et de citer comme exemples: Van Cleef & Arpels, Moët & Chandon, Smith & Wesson, Ets Paul Duler & Fils, Bang & Olufsen.

Les Belges et les Anglo-Saxons, y compris dans leur lettres manuscrites, ont une utilisation plus commune du & que les Français. A ce sujet, Maurice Grevisse ("Le bon usage") insiste sur l'aspect universel de cet attachant "symbole qui est le mème quelle que soit la langue: & pour "et" dans un texte fraçais, pour "and" dans un texte anglais, "und" dans un texte allemand, etc."

Et tenez "et caetera", on le trouvait, il n'y a pas si longtemps, écrit &c. Cette précision est donnée par Claude Gagnière, éminent linguiste alésien, dans son remarquable "Pour tout l'or des mots". (Collection Bouquins chez Robert Laffont), dont le chapitre très documenté sur l'esperluète est bien utile aux curieux se demandant ce qui avait changé dans sa facture de France Télécom ou sur la vitre de la cabine téléphonique du coin (mais en existe-t'il encore en 2005? NDR). Perluète, le retour. Les aventures ne sont pas terminées. Regardez autour de vous, dans la rue, dans les journaux. Lisez les affiches, les annonces, les publicités. Vous verrez des & partout.

Jacques BRUYERE

immobilier Gratte-ciels
les-castels Hotellerie de plein air
jo Sotchi

Paraitrait que le Pakistan est signataire des droits de l'homme !!
bigbrowser Un bakchich et l'affaire était pliée .
Pas d'bol: La courbe du chaumage ne s'est pas inversée...
courbe-du-chomage
youtube

pcastuces
multimedia
video-youtube
telecharger-videos
video-en-streaming