Haut de page

       ESIEE   //  Cours gratuits sur la toile...   //  MOOC   //  Le LHC   //  microapp   //  Aux frontières de la science
  XILINX  (F.P.G.A  série 4000)
   Le C.I pour tous.
 Logique combinatoire (CONSENSUS)
  Réseaux de PETRI  (non colorés) Gallery
La dualité P.O / P.C Machines d'états
Les compteurs Combinatoire et séquentiel
en technologie CMOS
A.S.I.C  (Technologie, Conception, Fabrication) Mon V.H.D.L   (Après ADA)
Micro-programmation Numération
Exercices Sigles et lexique
Quelques photos Quelques liens

Temps réel
NFC La communication sans contacts

Quelques renvois:

Equations aux dérivées partielles
Laplacien   /  Divergence   /  Rotationnel   /  Lagrangien   /  Hamiltonien   /  Développement de Taylor   /  La série de Fourier
Systèmes dynamiques   /  Equation du mouvement   /  Théorème de Stokes   /  Electrostatique   /  Techno-science   /  Aux frontières de la science
Transformée de Laplace Oh combien utile dans l'étude des systèmes dynamiques
(intégration et dérivation sont transformées en division et multiplication par p,)

Traitement du signal
L'intégrale de convolution   /  convolution chez WIKIMEDIA   /  Convolution, une animation
Convolution circulaire   /  Convolution en imagerie

Corrélation (Wikipedia)
- Corrélation électronique
***** - Portail
***** - Analyse harmonique
***** - prédiction
***** - Corrélation
***** - Probabilités
***** - Loi de probabilité



Applets JAVA de physique
maliactu
syscope
syscope.net
webzz
pageglance
***
symbole-electronique
amplificateur-suiveur
20centimes
ipaddress

Applet java
http://pages.jh.edu/~signals/convolve/index.html
http://pages.jh.edu/~signals/index.html

Principe fondamental de la dynamique Les lois de NEWTON (F = M x gama)
La noix de coco que vous recevez sur le coin de la gueule, ça vous comprenez parfaitement. Mais maintenant...
Géométrie symplectique. Symplectique ?!! Ici, ça se corse. Voyez vous-mème:
Les variétés différentielles s'obtiennent par des recollements d'ouverts d'espaces vectoriels réels de dimension finie suivant des difféomorphismes...etc...etc...
Si je ne vous ai pas largué sur ce coup la ?vite un cachet.

Mais qu'est-ce que j'ai bien pu me prendre la tète moi avec Green-Riemann ou Ostrogradski... M'enfin, j'en ai réchappé et sans séquelles apparentes, du moins si je m'en réferre aux amitiés condescendantes des copains. Quant à l'équation de Schrodinger en phi-nu, la ça a été "tout le monde aux abris...". Cela dit, Laplace, Fourrier, voire Taylor..... m'auront qd mème bien rendu service par endroits. (Asservissement, régulation, élec et autres joyeusetés...). Un jour on vous demande l'équation du pendule, le lendemain il est inversé et le jour d'aprés ils vous rajoute un pendule inversé sur le pendule inversé. J'vous assure, rien à voir avec le robinet qui coule et la baignoire qui fuit. Et fallait que l'ensemble ne dégringole pas !!! et puis quoi encore ? Les travaux pratiques, ils les prévoyaient sur la base de Kourou ?!!!

Electronique
Micro-programmation



Le concept de microprogrammation est apparu peu de temps après la construction des premiers ordinateurs (1945). C'est WILKES à Cambridge qui a véritablement donné le coup d'envoi des applications de cette technique (1951). On retrouve très vite le modèle de Wilkes dans les premières séries d'ordinateurs IBM/360 (1964). Il  propose d'implémenter les structures de controle ou les séquenceurs au sein des ordinateurs par le biais de mémoires mortes ou encore de mémoires à lecture uniquement (Read Only). Cette technique avait par ailleurs l'avantage de rationnaliser le principe d'implémentation des séquenceurs lourds au niveau matériel (hardware). 

- Elle supplante les méthodes conventionnelles d'implémentation de la logique cablée par les possibilites spécifiques des systèmes programmés (déroutements, appels à sous-programmes, interruptions,  ......). 
- Elle facilite et simplifie la conception des séquenceurs synchrones de fortes tailles. 
- On lui reprochera par contre de ne pouvoir, de par son principe, ètre plus rapide que la logique cablée et de consommer plus de ressources matérielles que les mèmes séquenceurs concus par exemple autour de P.L.A's  (Programmable Logic Array).

 La technique de Wilkes était aussi qualifiée de logique microprogrammée.





Le langage V.H.D.L

Au début il y eu ADA.

Dans les années 70, Le département américain de la défense (DoD) s'émeut de constater que ses échanges avec ses sous-traitants voire ses activités scientifiques et techniques à l'intérieur mème de l'institution aboutissent à pratiquer près de 400 dialectes informatiques différents. Excédé, le DoD exige désormais ne plus avoir affaire qu'à un seul langage.
Dès lors, Industriels, universitaires et chercheurs du monde entier sont mis à contribution. Un appel d'offre international est lancé. Il aboutit en un premier temps à définir les caractéristiques du langage, à savoir:


- Vaste domaine d'application (C'est bien le moins).
- Fiabilité des programmes (Ca vaut mieux).
- Maintenance des programmes (Qui c'est qui s'en charge?).
- Simplicité d'emploi !!!?...
- Facilité d'écriture des compilateurs (Pas forcément évident)
- Portabilité des programmes (A dos de mulet, mais nooonnn!! je plaisante....).
- Définition exhaustive du langage.

Le 2 Mai 1979, après une apre compétition entre dix-sept organismes, le DoD Charge la société Française CII-Honeywell-Bull sous la direction de Jean ICHBIAH de lui fournir le langage qui devait désormais ètre le seul mis en oeuvre autant au sein du département que dans les échanges avec les sous-traitants. Naissait alors le langage "ADA". ADA, le nom de "Augusta ADA Byron" comtesse de Lovelace (1815-1852). Brillante mathématicienne et fille de lord BYRON, elle fut l'assistante de Charles BABBAGE inventeur de la "Machine Analytique", considérée comme l'ancètre des ordinateurs. Ada de Lovelace est considérée par certains comme la première programmeuse du monde.


     

          ADA Augusta, comtesse LOVELACE                Jean ICHBIAH (Dir Sté Alsys)
Src: "Sciences & Avenir" Numéro spécial hors série N°72 ISSN 00368336


Février 1983, le manuel de référence du langage ADA est accepté par l'organisme de normalisation Américain (ANSI) sous la norme (ANSI MIL-STD 1815A) (MIL pour MILitary, STD pour standard, 1815 voyez Lovelace?!!...). En partant de l'année des premières définitions du cahier des charges, Il aura fallu dix années d'études.
Retour à l'acceuil
Si on veut chambrer ADA: Quelques avis de J.P ROSEN
  • "On peut ècrire très proprement dans n'importe quel langage (y compris C...C dire arfff!!): On peut écrire salement dans n'importe quel langage (y compris ADA). Mais ADA est le seul langage ou il soit plus fatigant d'écrire salement que proprement"
  • "Ceux qui se sont mis à ADA passent leur temps à énumérer leurs récriminations mais pas un ne retournerait à son ancien langage."
  • "Reconnaissons le: Ada n'est pas parfait. C'est seulement le meilleur des langages (séquentiel, procédural,..) existant.
  • "Ce qui est important dans un langage de programmation, ce n'est pas ce qu'il autorise, c'est ce qu'il interdit"
  • "Les 'astuces de programmation' sont une calamité. Un bon programme dit ce qu'il fait et fait ce qu'il dit" . Qui se souvient de PL1 enseigné par Dornbush ?
  • Editeur de liens: processeur indispensable dont personne ne sait ce qu'il fait.

  • Seconde loi de Weinberg :
    "Si les architectes construisaient les maisons comme les programmeurs écrivent les programmes, le premier pic-vert venu détruirait la civilisation.
  • Loi de Brook :
    "Doubler le nombre de programmeurs sur un projet en retard ne fait que doubler le retard"
  • Théorème de Stockmayer :
    "Si ça a l'air facile, c'est difficile. Si ça a l'air difficile, c'est carrément impossible. Si ça a l'air impossible, c'est un compilateur ADA" .
  • Loi de Klipstein :
    "Les défauts n'apparaissent qu'après que le programme ait passé (avec succès) la phase d'intégration"
  • Validation:
    Ensemble de tests permettant de prouver que le programme est capable de passer les tests.
  • OS/2:
    Moitié d'un système d'exploitation. [?!]
Retour à l'acceuil
Maintenant, On pourra lire: "Murpphy's law and other reasons why things go wrong" [A. BLOCH]
Depuis, nous sommes quand mème passé aux langages objet.
Et VHDL dans tout cela ?!!

V.H.D.L est un langage "ADA like" (c'est vous dire..). VHDL est un langage structuré un peu à l'image d'ADA (Paquetages, généricité, encapsulation, modularité, instructions séquentielles, procédures, parallèlisme,...). De plus, le DoD (Un des plus importants donneurs d'ordres aux Etats-Unis dans les domaines de l'électronique et de la micro-électronique) intervient à nouveau dans l'émergence de VHDL. En effet, Il n'était pas question pour le DoD de fournir une réalisation à un sous-traitant agréé sans qu'il puisse simuler sur ses propres ordinateurs le comportement logico-temporel du module qui était en phase de réalisation chez celui-ci. Par ailleurs, le DoD voulait pouvoir assembler les modèles de simulation de diverses provenances pour lancer les simulations d'un projet de forte taille dont les sous-traitants n'avaient pas à connaitre les tenants et aboutissants. Le projet était morcelé en autant de cahiers des charges que nécessaire pour ne rien laisser transparaitre de l'objectif à atteindre.

Le DoD se devait donc de disposer d'un langage de modélisation des systèmes numériques mais cette fois orienté simulation. C'est VHDL (Very high speed integrated circuit Hardware Description Language) qui a été adopté. Ce furent les industriels tels que IBM, INTERMETRICS, TEXAS INSTRUMENTS entre autres qui s'y étaient attelés.

Il a tout de mème semblé, quelques années plus tard, que VHDL s'était imposé comme un standard plutot en Europe tandis que les Américains penchaient pour "VERILOG" le langage concurrent qui lui était "C-like", proche du langage C qui a aussi fait un tabac, et bien orienté synthèse. Cette filiation avec ADA, fait de VHDL un langage élaboré et parfois complexe selon les niveaux de modélisation que l'on se fixe. Il recouvre un domaine des plus étendu dans ses capacités de modélisation allant du comportemental de trés haut niveau au structurel le plus élémentaire (la porte). Il gomme ce faisant les obstacles liés aux différents niveaux d'abstraction et de modélisation d'une étude.
Retour à l'acceuil
Une introduction à VHDL chez wikipedia. Avec mème des .pdf en prime que vous pourrez télécharger. Tout en bas de la page html.
Vous trouverez aussi un mémo (12 pages) gentiment offert par Jacques ROUILLARD auteur d'un ouvrage de référence en français.
Mais toujours écrire VHDL avec le hardware à l'esprit . Par exemple, l'instruction WAIT ne veut absolument rien dire au plan matériel .
VHDL Quelques liens
V.H.D.L - EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne)
Sami (Introduction to the VHDL language)
ece.wpi (Welcome to the VHDL language guide) - Keywords
ece.uic (IEEE Standard VHDL Language Reference Manual)
seas (VHDL tutorial)
le langage vhdl
utcluj (6. SEQUENTIAL AND CONCURRENT STATEMENTS IN THE VHDL LANGUAGE)
creteil.iufm VHSIC High level Hardware description language (des exemples)
USNA
scribd (Design and Simulation of 8 Bit Arithmetic Logic Unit)
mvd-fpga Training VHDL chez MVD
mvd
objectmix (VHDL language is out of date! Why? I will explain. - vhdl)
epfl (Le langage VHDL - EPFL . Orienté synthèse et matérialisation)
GHDL (Simulation)
wikipedia

Circuit intégré
logique_programmable
description
VHDL-AMS
fr-vhdl
en-vhdl
TD1_VHDL

Tutoriels Introduction au langage VHDL chez developpez.com
google
ALTERA
Cours-VHDL VHDL pour logique programmable
emploi-vhdl
Education

introduction
telecom
toulouse
ENST Sup'Télécom
epfl
enseirb (Conception de circuits et langage VHDL - Modélisation et synthèse)
Epita
ustc VHDL Tutorial - Peter J.Ashenden
enssat (Support de cours)
Jacques Weber
forums

jobtech
Offres emploi

Retour à l'acceuil











 
               


Amener la souris pour y voir clair


A.S.I.C   (Aplication Specific Integrated Circuit)

Carver MEAD & Lynn CONWAY
Publication : "Introduction to VLSI Systems" (Présentation des Systèmes VLSI). Un ouvrage fondamental qui devient très vite une référence académique selon WIKIPEDIA . Ce dont je peux attester eu égard entre autres à la clarté des exposés.
IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers)
Retour à l'acceuil

   MOSFET   //  CMOS   //  Fonction_logique   //  Microprocesseurs
MENU déroulant

Mnémo: Une vitesse en m/s s'obtient en Km/h en multipliant par 3,6
Ex: 24 m/s fait (24 x 3,6) Km/h